odysseevagabonde

A vos claviers et encyclopedies...

Bien, on recommence encore une fois, par contre, pour la recompense...je propose au choix a mon retour:

- un petit bec...

- une nuit dans mon sac de couchage...

- un plov cuisine par me soins...

- un morceau de mouton bouilli...

- la joie de me voir sourire lorsque vous m`offrirez une bonne bouteille de vin...

- un de mes 2 calecons qui aura parcouru pas mal de km et vu pas mal de pays...

- et si vous avez d`autres idees, tout se discute...

Pour la question, pour que nadine ne gagne pas ENCORE, on complique un peu les choses, histoire que les garcons montrent leur supperiorite(je ne devrais peut etre pas ecrire ca...).

Une montagne, de l`Altai ( tiens c`est ou l`Altai ? ), d`une altitude de 4506m a cote de laquelle je vais passer a un certain nom. Une legende asiatique considere que ce sommet est "shambhala", un "royaume paradisiaque..........."

Je vous laisse donc trouver le nom de ce sommet ainsi que la legende.

Bon courrage...

Incroyable mais VRAI...

En 24h, chrono en main, j`ai mes deux derniers visas colles dans mon passeport. Un joli visa mongol de 30j et un TRES court visa de transit de 5j pour la russie(je pense que les pneus vont chauffer dans les cols a 2500m/3000m sur les 600 ou 700km a parcourir).

Demain, reprise de la route en profitant a fond, je vais essayer d`aller voire le canyon de charyn (canyon du style grand canyon des US) a 200km a l`ouest d`almaty pour remonter doucement vers le nord en direction de l`Altai. J`ai pas mal de temps devant moi, alors soit les journees seront de toutes petites journees de pedalage, soit ce sera zigzag sur zigzag pour voire un maximum de choses (la deuxieme solution l`emporte pour l`instant).

Cela me fait bizarre d`ecrire ou de dire des mots comme "derniers visas", "plus que 2 frontieres", "dernier morceau du periple", "plus que 4000km"... . Maintenant, le reve de rejoindre la mongolie devient realite de jours en jours, ce qui me paraissait si loin il y a quelques temps arrive a porte de roue. Je ne sais pas trop quoi en penser, un melange de joie et de tristesse m`envahissent chaque jours. Envie de rentrer mais tellement envie de poursuivre aussi...

En tous les cas, ma vie est merveilleuse, je vis des instants magiques.

A bientot

La douceur de la steppe...

Premiere rencontre

Deuxieme rencontre

Douceur de la steppe

Douceur des bivouacs

Encore des rencontres

mes premieres yourtes

La belle route

La steppe encore...

Kazakhstan...douceur et agressivite

Me voici a Almaty apres 4 crevaisons ce matin en 50kn et une en cours... . Almaty, ancienne capitale kazakh, au pied de la magnifique chaine des Tian Shan, au pays des enormes voitures et des grandes avenues, apres 8j de pedalage au milieu des steppes.

Le passage de la frontiere fut sportif, pas du point de vue des papiers ou des policiers (j`aurais pu passer sans passeport et les sacs pleins de bazookas...) mais il a fallu que jouer des coudes et de la voix pour ne pas nous faire pietiner par la foule, mon velo et moi...

Des le passage de la barriere, changement radical de TOUT : des gens grouillent de partout, des grosses voitures, des klaxon a gogo, des centaines de bouibouis de change d`argent, des gamins qui s`asseoient sur ma remorque, meme les taxis me helent pour m`embarquer jusqu`a la prochaine ville. Je me sauve vite fait de cet enfer, pour me retrouver en quelques km au milieu de la steppe. Et la...BONHEUR : de douces colines toutes vertes avec des chevaux qui paissent paisiblement.

Fini les grandes lignes droite a perte de vue, fini cette secheresse et cette chaleur etouffante, fini ves routes au revetement desastreu. Place a la douceur, douceur des paysages, douceur de pedaler sans se faire secouer, duceur de bivouquer.

Et mes bivouacs e font generalement loin de la route, au milieu de rien, juste cette steppe, ses colines couvertes parfois de coqelicots, de petites fleurs bleues...et en toilede fond : quelques montagnes enneigees qui font la frontiere avec le Kirghiztan. Je vis des instants paisibles comme jamais. Seule ombre au tableau des bivouacs : je dois monter la tente regulierement a cause de ces petites betes rampantes que l`on appel reptils, qui trainenet un peu partout(trop a mon gout). Si j`en vois plusieurs la journee, je me dis que j`ai rencontre mon quotat, je ne monte donc pas la tente. Si je n`en vois pas ou peu la journee... .

Le jours sont beaux, et mon emploi du temps est bien charge : j`alterne entre pedalage, pause photo, pause discussion, pause sieste, pause lecture...

Je n`ai parfois plus l`impression d`etre sur terre, tellement ce que je vis et vois semble irreel. Une deception cependant : le comportement des beaucoup de Kazakh... . Ici : plus de grands signes de salut a mon passage, plus de grands sourirs chaleureux, tres peu voire pas d`invitation a boire le the, meme sous l`orrage, on ne mne propose pas un coin de toit alors que je demande ou trouver un abri... Les seules paroles et gestes a mon egar sont un "Atkuda?" (t`est d`ou?) accompagne d`un hochement de tete interrogatif. Me dire bonjour avant cette question est supperflu, pourquoi saluer cette chose bizarre Resultat : je ne reponds pas, ou alors je fais un grand sourir avec un grand bonjour et passe mon chemin, mais de plus en plus, je m`ennerve en repondant : "et bonjour non? ce n`est pas la peine?" . La, soit les gens s`en vont sans un regard de plus, soit ils deviennent immediatement tres chaleureux...

Les jours a venir, c`est organisation et obtention de visas pour la "fin?" du voyage.

Merci pourtous vos messages qui m`ont fait passer un areable moment devant l`ecran.

A bientot

Le petit vagabond

PS : Apres 9500km, j`ai eu droit a une belle chute bien rude sur le macadame (un peu comme celles que l`on prend quand on est gamin). Quelques egratignures au coude, a la fesse et au genou... . J`en suis donc a ma 3eme he oui... la premiere "a la nico" en Croatie, et ma deuxieme "a la nadine" en Iran (demandez leurs, ils comprendront, j`ai ete a bonne ecole...)

Decidement.....

He bien "encore" bravo a la gagnante (messieurs, je ne sais pas ce que vous faites...) et cette gagnante gagne pour la deuxieme fois (pas de trucages hein).

Alors Bravo Nadine, tu recevras ta petite carte, car j`avais 8476km au compteur a Samarcande.

Naturellement, vous pouvez tous la feliciter ou la maudire...a vous de voire.

les dernieres nouvelles d`ouzbekistan.

Apres la visite de Samarcande pendant 2 ou 3 jours, j`ai repris la route avec un petit picement au coeur de quitter cette ville envoutante. Je regrette presque d`avoir pris mon visa Kazakh si vite, tellement je commence a me plaire ici. Les gens, bien que plus froids et brusques a premiere vue, sont en fait des plus genereux et des plus adorables. Pour changer, je suis inviter a manger ce fameux plat national qu`est le plov, inviter a passer la nuit, inviter a boire le the... Ce midi, en arrivant a Tashkent, une voiture m`arrete, je me dis : Merde, encore un curieux qui veut juste connaitre d`ou je viens et savoir comment je m`appel (ca arrive regulierement et c`est souvent chiant) mais cette fois, rien de tout cela. La premiere question "d`ou viens tu ?" est posee mais accompagee de la question : 5 billets de 1000sums offerts ainsi que l`invitation a manger dans le resto de cet homme genereux qui souhaite juste faire plaisir....Que du bonheur. Pourquoi est-ce que je quitte ce pays

Demain, passage de la frontiere kazakh pour un long voyage a travers les steppes et j`espere beaucoup de bivouacs. Cars si je suis content d`etre invite chez les gens, j`aime aussi beaucoup etre un peu seul sous ma tente...

Gros bisous

Deja??????

Bien.... Apres une arrivee sous une petite averse a samarcande (he oui...et figurez vous que j`etais content de me laver un peu), j`ai vite pris le train pour tashkent (abandon de mon fidele velo...) pour faire les formalites pour mes visas. Ce matin, course aux visas, mais quand je dis course, c`est reellement course. Avec pour resultats : Visa russe impossible ici, Ambassade de mongolie volatilisee MAIS obtention dans la journee de mon visa kazakh. Pas mecontent malgre tout. Je repars donc a Samarcande demain matin pour visiter (je crois que c`est encore plus beau que boukara et pourtant....) et reprise du velo d`ici quelques jours pour prendre la route du kazakhstan.

Pour changer, je suis le plus heureux des hommes et si vous voulez un conseil : Ne mourrez pas sans avoir visiter boukara et samarcande, VENEZ en ouzbekistan.

Gros gros gros becs

PS : Nouvelles photos, nouveau jeux et depechez vous car je ne vais pas rester 15 plombes en ouzbekistan alors...

Oh... que vous etes gates...

Encore un petit jeu.

Cette fois pas de photo de nudite a gagner. Mais vous voulez certainement une carte de Samarcande ... alors repondez :

Combien de km avons nous parcourus avec ma fidele monture depuis le depart

Bonne chance a tous.

Ouzbekistan...les premieres

Petit appercu de la fabuleuse Boukara.

Les joies des petites routes sauvages.

Le retour des montagnes

Encore des rencontres

Tchaikhana a Samarcande

Ben.....

Je suis au bout du monde...alors pour les photos...Je repars pour samarcande dans l`apres midi alors peut etre que ce sera mieux??? A voir d`ici quelques jours.

Les qqes jours sont arrives...

La vodka..

Merv...

Le desert...

Les vaches...

Turkmenistan...court mais intense...

Apres une fin d`Iran plus qu`exceptionnelle (une folle journee de rencontres plus que genereuses), je passe la frontiere pour d`autres horizons:

J1 : En avant la...Vodka

Je passe la frontiere sans trop d`encombres, seulement un grade avec lequel je me prends un peu le bec car il veut visionner toutes mes photos (non mais ca va pas la tete...), je mets quand meme presque 2h pour arriver sur le territoire ouzbek. A 10h30, apres 15km de route et AUCUNE pancarte (ca n`existe pas au turkmenistan), je me decide a demander mon chemin a une dizaine d`hommes assis a l`ombre en bord de route. Quelle idee... je me retrouve tres vite assis avec eux a manger un mouton qui vient de bouillir dans une grande marmite sur le feu (c`est VRAIMENT pas bon) arrose de grands godets de Vodka... Rigolades, doigts biens collants et gras, des fils de viande plein les dents, estomac retourne. Il est midi, je connais ma route, mais la elle me semble bien tordue...a moins que ce soit moi...en tous les cas, je sais maintenant que c`est un crime de boire des verres de vodka par nombre paire, je m`en rappellerai. Je pedale donc difficilement et comme un con, j`ai oublie de faire le plein d`eau, Pas de bled avant 120km, pas le choix, il faut que j`y arrive pour ce soir. Je pedalerai donc toute l`apres midi en plein cagnard au milieu du desert en croisant...2 camions. Je me demande bien ou je suis, mais c`est magnifique et je prends bien du plaisir. 19h, j`arrive au village accueuilli par une dizaine de gamin qui me conduisent directement chez leur prof d`anglais...chez qui je passerai la soiree et la nuit. C`est cool de pouvoir reellement discuter et d`apprendre plein de trucs sur le pays. Ici, la TV sat fonctionne a fond et partout, gaz et electricite sont gratuits donc tout fonctionne 24/24(meme les lumieres restent allumees en plein jour) par contre, on puise l`eau au puit et pour les wc, c`est au fond du jardin dans un cagibi avec un trou dans le plancher.

J2 : Merv...la merveilleuse

6h30, je suis sur le velo pour ptofiter de la fraicheur et j`ai bien raison, arrive 10h, la Temp est insoutenable, 36deg a l`ombre... La route n`est pas drole, je me fais chier comme un rat mort, rien a voire, une ligne droite continue qui ne finit jamais, de la circulation et un revetement a faire peur. Je ne pensais pas que des routes (Nationale) dans un si mauvais etat puissent exister : ornieres, trous enfin...gouffres, c`est pire que de rouler sur des paves, ma pauvre carcasse tremble dans tous les sens et le velo... Apres 6h de pause, je reprends la route quand la Tem a un peu baisse pour rejoindre l`ancienne ville de Merv. Et la, c`est du bonheur, j`y arrive au soleil couchant, c`est immense, des vestiges du tonnerre, personne... En cherchant un coin de bivouac, je tomberai sur le "moine gardien" qui ne me laissera pas dormir dehors mais a cote de lui dans sa salle de priere.

J3 : Bivouac sous la lune

Je me leve encore plus tot. Je croyas avoir vu le desert avant, mais la...je suis au royaume du sable, et des dromadaires, c`est super, bien q`a 9h je cuis. Encore une grosse pause sous 3 arbres a proximite d`un village. 18h, j`enfourche a nouveau mon dromadaire charge de 9 litres d`eau, le prochain village est a 120km et ce n`est que du desert. Je chevaucherai jusqu`a ce que les etoiles et la lune s`installent completement. Montage de la tente en peau de...Nylon, cuisine sur un feu...de rechaud a essence, mais je suis au milieu du desert, pas un bruit, la fraicheur arrive, un ciel exceptionnel, je passerai une nuit formidable, bien que courte car je serai sur le velo a 5h30 le lendemain.]

J4 : L`amou daria

11h, me voici sorti du desert, toutes mon eau a ete consommee... La route, bien que monotonne etait agreable et les dromadaires me changeaient de nos vaches. Je suis aux porte de la derniere ville, je me repose encore longtemps et me decide a repartir pour etre aux portes de la frontieres pour demain matin. Mais c`est sans compter sur...un formidable baignade dans l`amou daria (je suis heureux comme un gamin de me baigner dans un fleuve si connu et porteur de tant de reves) et l`invitation d`une famille. J`hesite pour l`invitation, j`ai envie de bivouac, mais d`un autre cote, c`est ma derniere nuit avec des turkmenes alors j`accepte pour une formidable soiree arrosee de vodka, encore.

Maintenant, je suis a Boukara, en ouzbekistan et je vais me remettre a la course a mes derniers visa a Tashkent.

Gros becs